Freetown, la capitale de la République de Sierra Leone a abrité les 26 et 27 Aout 2015, la réunion consultative ministérielle régionale, sur la fièvre hémorragique a virus Ebola ; réunion à laquelle ont pris part les représentants des gouvernements Guinéens, Libériens et Sierra Léonais, des entités du secteur privé et des organisations non gouvernementales.

L’objectif de cette réunion consistait de tirer profit des nouvelles technologies de l’information et de la communication pour sauver des vies en élaborant des stratégies concrètes et adoptant des mesures visant à donner praticable l’utilisation des Télécommunications/TICs comme un rôle central dans la lutte contre la propagation du virus Ebola en particulier mais aussi contre d’autres maladies qui secouent le monde ainsi que des mesures pour faciliter l’alerte et la gestion des catastrophes.

Cette rencontre ministérielle régionale a permis aux participants, de discuter de la politique de règlementation des technologies et le déploiement des systèmes des télécommunications, pour prévenir, atténuer et répondre aux maladies et épidémies comme la fièvre hémorragique à virus Ebola. Cette rencontre a connu durant deux jours d’intenses travaux dont la cérémonie d’ouverture fut présidée par le chef de l’Etat de la République de Sierra Leone et les participants ce sont penché sur beaucoup de sujets comme : l’étude de cas de pays, la session stackeholder de partenership ainsi que la séance de travail sur les nouvelles approches de l’aide des Technologies de l’Information et de la Communication pour lutter contre Ebola telles que : Big Data et l’Internet des Objets (IDO).

L’Union Internationale des Télécommunications UIT a quant à elle présenter au cours de cette rencontre ministérielle régionale, pour la première fois un nouveau projet, basé sur des sources officielles et qui vise à l’utilisation du Big Data pour les mesures avant, pendant et après le déclanchement des maladies comme Ebola tout en préservant la vie humaine. Ce projet sera possible grâce à un financement conjoint de l’Union Internationale de Télécommunications et du gouvernement du Japon dont le montant n’a pas été chiffré. Le projet impliquera donc tous les opérateurs des réseaux mobiles des trois pays (Sierra Leone, Guinée et Liberia). Il comprendra également une composante de la télémédecine qui sera lancée très bientôt par l’UIT.

Au cours des réflexions, dix (10) points de recommandations ont été formulés :

1) les Télécommunications et NTIC doivent aider à réduire l’impact des éclosions par la surveillance, la détection et la prédiction de nouveaux foyers de virus et autres catastrophes naturelles.

2) L’effort pour réduire la fracture numérique et la création d’une société véritablement mondiale de l’information doit être étroitement liée aux télécommunications / TIC pour la diffusion de l’information afin de sensibiliser largement sur les épidémies telles que le virus Ebola et d’autres maladies. Cela devrait inclure la fourniture de services téléphoniques.

3) La réduction efficace des risques des catastrophes grâce aux TIC, la contribution à l’agenda post 2015 et le développement et la réalisation des PPEMEN durable (ODD)

4) La lutte contre le changement climatique pour une adaptation des priorités, afin de freiner l’émergence de nouvelles épidémies, liés au changement climatique et le réchauffement planétaire.

5) Policiers et règlements efficaces sont essentielles à mieux répondre aux futures flambées d’épidémies, ainsi que la recrudescence de la vulnérabilité. Le régime de réglementation doit être constamment revu, et où il existe des obstacles à l’utilisation des ressources des télécommunications pour la réponse aux catastrophes de santé et de secours existant, elles doivent être adressées. Les obstacles pourraient comprendre, mais sans s’y limiter, la réglementation, limitant le mouvement des équipements de télécommunications et du personnel, tant au niveau national et international, et de la réglementation sur l’utilisation du spectre de fréquences concernée devraient être en conformité avec les règlements de radiocommunications de l’UIT. Il est important que tous les gouvernements à élaborent des politiques sur la gestion des catastrophes de la santé, l’utilisation des télécommunications ressources / TIC devrait être au cœur d’une telle planification

6) Les différentes technologies devraient être mises à disposition pour permettre l’émergence des télécommunications et devraient être déployées facilement dans un temps opportun lorsque des catastrophes frappent ainsi l’utilisation de l’infrastructure existante, les systèmes de télécommunications / TIC, et de fréquences attribuées pour les situations d’urgence doivent être optimisés

7) La coopération et la coordination au niveau international, régional et national sont essentiels pour une utilisation efficace des télécommunications / TIC pour alerter ainsi que la réponse aux catastrophes, soulagements car ils maximisent l’utilisation de ressources limitées pour contrôler les épidémies de virus et de sauver des vies. La coopération doit impliquer les autorités gouvernementales, les agences des Nations Unies, organisations non gouvernementales (ONG). Le secteur privé, en particulier Membres du secteur de l’UIT devrait jouer un rôle très important dans cette coopération pour contribuer à l’information de données et d’autres ressources grosses pour une utilisation par des équipes humanitaires

8) Les systèmes d’informations géographiques en utilisant des satellites Télédétection qui sont des sources précieuses d’informations, car ils fournissent des informations avec les données nécessaires pour une réponse rapide aux foyers épidémiques et menaces

9) Une coopération étroite entre les ministères de la santé et celles de l’information et de la communication devrait être encouragée et appliquée de manière à optimiser l’utilisation des technologies modernes pour sauver les applications de vie, comme télémédecine et le virus Ebola-Info partage de jouer un rôle important dans cet effort

10) La collaboration entre gouvernement, les organismes de réglementation, les opérateurs mobiles réseau, l’Union Internationale des Télécommunications et l’Organisation Mondiale de la santé doit être encouragée.

C’est dans l’unanimité et dans un esprit humaniste et de parfaite solidarité, que tous les participants ont approuvé les conclusions de la réunion et confirmé 2014, la résolution plénipotentiaire de l’UIT 202 (Busan, 2014), sur l’utilisation des Technologies de l’Information et de la Communication comme un moyen permettant de briser la chaîne de situations d’urgence liées à la santé, telle que la transmission du Virus Ebola.

Il faut retenir cependant que l’accent sera mis particulièrement durant toute cette réunion, sur l’utilisation des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) afin de permettre la circulation de l’information, en particulier en encourageant les langues locales pour beaucoup plus d’impact aux différentes populations, dans les situations d’urgence liées à la santé, afin que les informations de sauvetage puissent être partagées avec les communautés locales.
Valéry Tally MANE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here